Quel est le pourcentage des frais de notaire pour une succession ?

Découvrez les principales étapes de l’installation d’un domaine en Espagne.

Une mort est une perte difficile à laquelle nous devons tous faire face et qui nous affecte tous. Toutefois, elle a des mesures juridiques à prendre pour régler la succession du défunt. Si vous possédez une propriété en Espagne, il est fortement conseillé de préparer les choses pour simplifier le règlement de votre succession autant que possible et économiser du temps, de l’argent et des soucis à vos héritiers lors du règlement de votre succession.

A lire en complément : Comment gagner de l'argent sur une construction ?

Dans cet article, nous allons résumer les éléments les plus importants de la structure de l’impôt successoral en Espagne et de l’acte de succession.

En plus d’un cadre juridique national, chaque communauté autonome d’Espagne dispose de sa propre législation et d’un système d’abattement fiscal. L’Espagne a tendance à supprimer l’impôt sur les successions et certaines régions offrent des réductions importantes, presque équivalentes à l’abolition de l’impôt sur les successions. Dans d’autres régions, cependant, il n’y a pas de réduction significative des impôts. Les résidents et les non-résidents en Espagne sont tenus de payer impôt sur les successions en Espagne sur les biens qu’ils héritent en Espagne.

Lire également : Propriétaires-bailleurs : que penser de la colocation senior ?

Article similaire : Ce que vous devez savoir sur l’impôt des non-résidents en Espagne.

Où devez-vous déclarer l’impôt sur les successions ?

  • Si la personne décédée et les héritiers ne résident pas en Espagne, l’impôt sur les successions doit être présenté à Madrid.
  • Si la personne décédée et l’héritier sont des résidents fiscaux en Espagne, l’impôt sur les successions peut être soumis à l’administration fiscale locale de la région.

Quel est le délai de paiement et de soumission des droits de succession en Espagne ?

Le délai de paiement et de présentation de l’impôt sur les successions est de six mois à compter de la date du décès. Ce délai peut être prolongé de six mois si la demande de prorogation est présentée dans un délai de cinq mois à compter du décès. Il est également possible d’échelonner le paiement des droits de succession.

Que se passe-t-il si je paie l’impôt sur les successions hors temps ?

Vous avez peut-être pour payer un supplément (de 5% à 20%), amende ou intérêts tardifs.

Si le défunt avait émis un testament en Espagne, les droits de succession exigibles par les héritiers sont-ils réduits ?

Il n’y a pas de réduction de l’impôt sur les successions dans ce cas. Néanmoins, nous vous recommandons de faire un testament qui simplifiera grandement le règlement de la succession en Espagne et d’économiser à vos héritiers des tracas supplémentaires, le coût de la traduction assermentée et la légalisation des documents, ainsi que beaucoup de temps. Par conséquent, si vous allez hériter d’une propriété en Espagne, nous vous recommandons de rédiger également un testament espagnol pour couvrir votre patrimoine en Espagne. Vos héritiers vous seront reconnaissants.

Taux d’imposition de l’impôt sur les successions en Espagne

Les normes et les taux de l’impôt sur les successions en Espagne dépendent du degré de parenté entre le défunt et l’héritier (il y a quatre catégories, énumérées ci-dessous), ainsi que de la région de l’Espagne.

Si vous souhaitez plus d’informations sur votre cas particulier, n’hésitez pas à nous contacter. Nous serons heureux de vous informer de votre taux d’imposition spécifique et des déductions éventuelles.

CATÉGORIES D’IMPÔT POUR LE CALCUL DE L’IMPÔT SUR LES SUCCESSIONS

Pour le calcul de l’impôt sur les successions, les héritiers sont regroupés en quatre catégories selon le degré de relation avec le défunt.

Groupe I : Enfants de moins de 21 ans. Groupe II : Enfants de plus de 21 ans, conjoint, parents et grands-parents. Groupe III : Frères, soeurs, neveux, nièces, tantes et oncles. Collatéraux de deuxième et troisième degrés, ascendants et descendants par affinité. Groupe IV : Collatérale du quatrième degré et autres degrés.

Les actifs sont-ils bloqués jusqu’à ce que la succession soit enregistrée ?

Oui, la propriété en Espagne sera bloquée au moment du décès jusqu’à ce que l’acte de succession soit enregistré.

Après l’enregistrement de l’acte de succession (qui comprend tous les biens de la personne décédée), l’héritier peut vendre les biens ou avoir accès aux comptes bancaires de la personne décédée, par exemple.

Lorsque vous héritez de biens en Espagne, vous héritez également des dettes que le défunt avait en Espagne. Si les dettes excèdent la propriété et les droits, l’héritier peut renoncer à l’héritage, puisqu’il subirait une perte en l’acceptant.

Selon que la personne décédée a signé ou non un testament en Espagne, il existe plusieurs façons de régler la succession :

1.- Le défunt a signé un testament en Espagne  : c’est la meilleure option pour un héritier car elle permet d’économiser de l’argent, du temps et des tracas.

Les héritiers devront fournir un certificat de décès original à leur avocat (si le testateur n’est pas décédé en Espagne, il sera nécessaire d’obtenir l’apostille de La Haye et de faire traduire l’acte en espagnol par un traducteur assermenté). Ensuite, l’avocat nommé par les héritiers recevra le certificat de dernier testament et une copie authentique du testament espagnol du testateur.

Avec tous ces documents, le notaire espagnol sera en mesure de préparer l’acte d’acceptation de la succession.

Une fois l’acte successoral signé, vous avez 30 jours pour payer et présenter l’impôt successoral (formulaire 650) et pour présenter l’acte successoral avec l’impôt successoral dûment payé et présenté au bureau d’enregistrement foncier où la propriété sera enregistrée à votre nom.

2.- Le défunt a signé un testament seulement dans son pays  : dans ce cas, les héritiers devront dépenser plus de temps et d’argent et faire face à plus d’étapes puisqu’il n’y a pas de volonté en Espagne.

Les héritiers doivent obtenir un certificat de testament, apostillé et traduit par un traducteur assermenté. Si le processus d’enregistrement prend plus de temps que prévu et que les droits de succession sont payés à temps, les héritiers seront passibles de pénalités et d’amendes à titre de paiement hors délai.

Ces coûts sont beaucoup plus élevés que dans le cas où le testateur a tiré un volonté en Espagne.

Après avoir obtenu l’approbation de volonté (qui remplace la volonté espagnole), le processus est similaire à l’option 1.

3.- Le défunt n’avait pas rédigé de testament . Dans ce cas, les héritiers devront obtenir un acte de notoriété apostillé et traduit en espagnol par un traducteur assermenté.

Les héritiers devront également fournir des documents supplémentaires pour régler la succession, comme un livret familial (apostillé et traduit en espagnol par un traducteur assermenté), etc.

Le règlement d’une succession est un processus complexe et chaque cas doit être étudié en détail par un avocat qualifié. Si vous êtes propriétaire d’une propriété en Espagne, ou si vous allez hériter d’une propriété en Espagne et souhaitez plus d’informations sur votre cas particulier, n’hésitez pas à nous contacter. Vous pouvez nous envoyer un courriel à : info@oremfi-by-aserpro.com, appelez-nous au (0034) 9665717175 ou remplissez notre formulaire en ligne.

ARTICLES LIÉS